La Prévention de la Désinsertion Professionnelle

La prévention des addictions dans les milieux de travail adapté

Enjeux et objectifs

Maintenir en emploi des personnes fragilisées par des problèmes de santé, notamment du fait de conduites addictives, relève d’un problème complexe mettant en jeu de multiples facteurs. Les milieux de travail sont parfois peu sensibilisés et souvent peu outillés pour traiter cette question (et rendre le travail soutenable pour les salariés).

Selon l’Inpes (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé) plus du tiers des fumeurs réguliers (36,2%), 9,3% des consommateurs d’alcool et 13,2% des consommateurs de cannabis déclarent avoir augmenté leurs consommations du fait de problèmes liés à leur travail ou à leur situation professionnelle au cours des 12 derniers mois.

La connaissance des principaux facteurs de risques des conduites addictives et de leurs déterminants nous amène à penser que les secteurs de l’insertion professionnelle et du handicap sont des terrains pouvant favoriser les conduites addictives, autant pour ces populations que pour les encadrants.

Les principaux objectifs d’une telle action sont :

  • Identifier les facteurs de risque des conduites addictives et leurs déterminants dans les milieux de travail adapté.
  • Sensibiliser les encadrants, chefs d’équipe, salariés au problème des conduites addictives en entreprise.
  • Les outiller pour mettre en place une stratégie pérenne de prévention des pratiques addictives.

L’enjeu majeur sera la prévention de la désinsertion professionnelle en lien avec les conduites addictives.

Descriptif de l’action

Si les pratiques addictives ont une origine multi causale dont des facteurs liés à la vie privée, le travail peut contribuer à les déclencher, les maintenir ou les aggraver.

Le Service de Santé au Travail a un rôle important à jouer dans l’élaboration, au sein des entreprises, d’une stratégie de prévention des pratiques addictives (PRST3). C’est en outre l’une de ses nouvelles missions (article L. 4622-22 du Code du Travail).

Dans le cadre d’un appel à projet du FACT (Fonds d’Amélioration des Conditions de Travail) sur le thème du « maintien en emploi de personnes fragilisées par un problème de santé » une équipe pluridisciplinaire du SPSTT a participé en 2019 à une action interdisciplinaire aux côté de l’ANPAA (aujourd’hui Association Addictions France) et du cabinet Accent Ergonomie. Cette action du Projet de Service s’inscrit dans la continuité de cette démarche.

Les principes de notre intervention reposent sur la place centrale de l’activité, l’approche collective des situations de travail, un dispositif de conduite de projet mené en pluri / interdisciplinarité pour accompagner les entreprises dans leur projet de prévention des conduites addictives.

 

1. Identifier les facteurs de risque des conduites addictives et leurs déterminants dans les milieux de travail adapté.

L’analyse du travail est menée à partir de situations de référence identifiées par l’équipe pluridisciplinaire : l’équipe médicale lors des entretiens et des actions de PDP (Prévention de la désinsertion professionnelle) et les ergonomes lors d’interventions sur site. Les situations de référence concernent une équipe et pas un seul individu.

 

2. Construire un plan d’actions opérationnel favorisant la préservation de la santé et la prévention de la désinsertion professionnelle en agissant sur des dimensions telles que l’organisation du travail, (l’organisation temporelle), le travail collectif, le management, les circuits d’information et de décision, …

 

3. Capitaliser sur les résultats de cette action

Les résultats de cette action seront au bénéfice de l’ensemble des entreprises de travail adapté adhérentes au SPSTT.